BILLETTERIE
Moi, ce que j'aime, c'est les monstres – Livre premier - HEADER
Moi, ce que j'aime, c'est les monstres – Livre premier - COUV

Moi, ce que j'aime, c'est les monstres – Livre premier

Impressionnant succès critique et public en France et aux États-Unis, encensé par des auteurs prestigieux comme Art Spiegelman, cet ouvrage monumental, en forme de journal intime tenue par une jeune fille fascinée par les créatures monstrueuses, est une ode magistrale à la différence et un plaidoyer en faveur du respect de l'Autre.
 Emil Ferris

Emil Ferris

Impressionnant succès critique et public en France et aux États-Unis, encensé par des auteurs prestigieux comme Art Spiegelman, cet ouvrage monumental, en forme de journal intime tenue par une jeune fille fascinée par les créatures monstrueuses, est une ode magistrale à la différence et un plaidoyer en faveur du respect de l'Autre.

Emil Ferris

Emil Ferris En 2002, Emil Ferris (née en 1962 à Chicago), mère célibataire et illustratrice, gagne sa vie en dessinant des jouets et en participant à la production de films d’animations. Lors de la fête de son quarantième anniversaire avec des amis, elle se fait piquer par un moustique et ne reprendra ses esprits que trois semaines plus tard, à l’hôpital. On lui a diagnostiqué une méningo-encéphalite : elle est frappée par l’une des formes les plus graves du syndrome du Nil occidental. Les médecins lui annoncent qu’elle ne pourra sans doute plus jamais marcher. Pire encore, sa main droite, celle qui lui permet de dessiner, n’est plus capable de tenir un stylo. Alors qu’elle ne se voit plus aucun avenir, les femmes fortes qui l'entourent l’encouragent – la thérapeute en charge de sa rééducation, ses amies et sa fille –, et Emil décide de se battre. Elle va jusqu’à scotcher un stylo à sa main pour dessiner, ce qui lui prend un temps fou… mais à force de persévérance, elle s’améliore. Emil décide de prendre un nouveau départ et s’inscrit au Chicago Art Institute, dont elle sortira, avec son diplôme, d’un pas déterminé. C’est à cette époque qu’elle commence l’écriture de son roman graphique. Elle mettra six ans à réaliser cette œuvre de 800 pages. Après 48 refus, l’éditeur indépendant Fantagraphics accepte le manuscrit. Suite à quelques rocambolesques problèmes de livraison, le premier tome de Moi, ce que j’aime, c’est les monstres paraît en février 2017. Du jour au lendemain, Emil Ferris est propulsée parmi les « monstres » sacrés de la bande dessinée américaine. Tandis que les réimpressions s’enchaînent, trois prix Eisner, dont les plus importants, viennent couronner cette œuvre d’exception.
Moi, ce que j'aime, c'est les monstres – Monsieur Toussaint Louverture – 2018 (My Favorite Thing is Monsters – Fantagraphics – 2017)