50e ÉDITION – 26 > 29 JANVIER 2023
Journée pro : 25 janvier
 
FIBD
 
50e ÉDITION – 26 > 29 JANVIER 2023
Journée pro : 25 janvier
Hommage hirata

Hommage à Hiroshi Hirata

Hiroshi Hirata, créateur d’histoires sur les samouraïs et le bushido, est décédé


Annoncé le jeudi 16 décembre 2021 en France, le décès d’Hiroshi Hirata bouleverse le monde du manga. L’artiste japonais s’était fait le spécialiste des récits autour des samouraïs et du bushido. Il était avant tout reconnu comme l’un des maîtres des gekiga, mangas au contenu pour adultes dans une veine réaliste, au même titre, entre autres, que Yoshiharu Tsuge, Yoshihiro Tatsumi ou Kazuo Koike. 

Hiroshi Hirata, invité d’honneur du Festival d’Angoulême en 2009 


Le Festival d’Angoulême appréciait tout particulièrement Hiroshi Hirata, au point d’en avoir fait son invité d’honneur en 2009. Deux performances graphiques au Manga Building et deux rencontres internationales avec le public avaient fait le bonheur des festivaliers, amateurs de son immense travail. Il avait, de plus, reçu un Fauve d’honneur pour l’ensemble de son parcours professionnel. Cette même année, son manga, La force des humbles (éditions Delcourt) était nommé en Sélection officielle du festival, et en 2008, L’âme du Kyudo (éditions Delcourt) avait obtenu la même reconnaissance de la part des membres du comité de sélection.

De la passion des récits historiques


Né le 9 février 1937 à Tokyo, Hiroshi Hirata ne se passionne pas tout de suite pour le manga. Aux récits de bandes dessinées japonaises, il préfère les illustrations des romans historiques. A la mort de son père, en 1954, il doit reprendre le magasin de plomberie familial. Cette parenthèse ne lui permet plus de dessiner alors même qu'il commençait à participer au journal de son collège. En 1958, il publie sa première histoire, Le sabre tueur d’amour dans la revue Mazō des éditions Hinomaru Bunko. Mais, c’est une discussion avec un libraire autour de l’histoire des samouraïs qui lui ouvre le chant des possibles sur ce thème. Il devient ainsi un spécialiste des mangas historiques, appelés jidai mono. Il faudra attendre les années 2000 pour que soient traduits en français quelques-uns des mangas d’Hiroshi Hirata aux éditions Delcourt (Zatoichi, Satsuma, l'honneur de ses samouraïs, Ma voie de père, Plus forte que le sabre et La loi du temps), mais également L'argent du déshonneur aux éditions Akata. 

À lire : l’interview de l’auteur réalisée par la revue ATOM en 2017 : https://fr.calameo.com/read/004072149c832e1b650b2