47e ÉDITION – 30 JANVIER > 2 FÉVRIER 2020
 
FIBD
 
47e ÉDITION – 30 JANVIER > 2 FÉVRIER 2020
BD Alternative - FIBD plan

ALIFBATA

BD Alternative - F36 - Voir le site

 - Publication
Le Pain nu est le récit d’une enfance qui n’a pas eu lieu. Celle de Mohamed Choukri, marquée par la pauvreté et l’exil dans le nord
du Maroc sous le joug du protectorat.
La famine, la fuite d’un père violent, les nuits à la belle étoile dans les bas-fonds de Tanger, la combine, le vin, le kif, le sexe... Mohamed Choukri fait très tôt l’apprentissage de la survie. Il connaîtra aussi la prison. C’est là, aux côtés des détenus politiques, qu’à l’âge de vingt ans il apprendra à lire et à écrire. De l’intérieur de sa cellule, il nous livre ici son récit autobiographique, celui d’une revanche sur le destin, qui dévoile comme jamais auparavant une autre histoire du pays, faite par les gens de la misère et d’exclusion.

Censuré jusqu’en 2000 au Maroc, ce roman qui a fait connaître internationalement Mohamed Choukri, a été adapté en bande dessinée par Abdelaziz Mouride,
pionnier du 9e art au Maroc et auteur de On affame bien les rats, bande dessinée réalisée clandestinement durant sa réclusion dans la prison de Kénitra dans laquelle il témoigne de la condition des prisonniers politiques
pendant les années de plomb.

Edition augmentée d'une annexe sur la vie et l'oeuvre de A. Mouride avec des planches inédites.
 - Publication
Véritable ode à la culture orale, cette bande dessinée chorale et foisonnante invite le lecteur à partager la vie des habitants de la Casbah, quartier populaire des hauteurs d’Alger où pauvreté et débrouillardise côtoient au quotidien les ragots et les médisances colportés à propos des uns et des autres.

Au centre des rumeurs, une femme mystérieuse qui habite une vieille maison couverte de parapluies et devenue objet de crainte et de fascination : Fatma N’Parapluie. Excentrique et indéchiffrable, elle inspire la terreur des enfants et les moqueries des adultes. Audacieuse et effrontée, elle franchit aussi bien les portes des maisons pour partager les histoires des autres femmes que celles des cafés réservés aux hommes, sans hésiter à leur tenir tête.

Mais comment échapper aux mauvaises langues quand on transgresse ainsi les frontières qui séparent l’univers masculin du monde féminin ? Comment ne pas devenir folle sous le regard vigilant et omniprésent des habitants du quartier ?

Premier tome d'un diptyque haut en couleur.