49e ÉDITION – 17 > 20 MARS 2022
 
FIBD
 
49e ÉDITION – 17 > 20 MARS 2022
EXPO CHRISWARE slider

Building Chris Ware

Auteur d'une inventivité exceptionnelle, Chris Ware, Grand Prix 2021 du Festival, explore méthodiquement depuis près de trente ans toutes les potentialités du médium bande dessinée. Élaborée en étroite collaboration avec Chris Ware, cette rétrospective cherche à guider les visiteurs à travers l'œuvre de l'auteur et, par ce biais, à les faire pénétrer au cœur des arcanes du 9° art.

Né en 1967 à Omaha, dans le Nebraska, Chris Ware vit depuis trente ans à Chicago, ville où il a emménagé en 1991 afin d'y poursuivre ses études. S'il avait auparavant déjà placé quelques strips dans la presse, ainsi que quatre pages dans RAW, la revue dirigée par Art Spiegelman et Françoise Mouly, c'est à travers l'une des plus insolites aventures éditoriales de la bande dessinée qu'il lance véritablement sa carrière. À partir de 1993, il publie, de manière discrète, une série de fascicules aux formats très divers intitulée Acme Novelty Library. Les quinze premiers opus sont édités chez Fantagraphics Books ; les cinq suivants par Chris Ware lui-même. C'est dans cette anthologie baroque qu'il développe des personnages comme Quimby the Mouse, Potato Guy, Sparky et, surtout, Jimmy Corrigan.

En 2000, la parution chez Pantheon Books de Jimmy Corrigan: the Smartest Kid on Earth (Delcourt, 2002), sort brusquement Chris Ware de l'anonymat. Cet album de 380 pages est acclamé par la critique, à la fois aux États-Unis et à l'international (en 2003, sa traduction française décroche successivement le Fauve du Meilleur Album à Angoulême et le Prix de la critique). Sa facture, son contenu et la thématique qu'il aborde frappent par leur originalité. Par la suite, le coffret Building Stories (Delcourt, 2014), qui contient quatorze objets imprimés de tailles différentes que le lecteur peut lire dans l'ordre qu'il souhaite, puis le magistral Rusty Brown (Delcourt, 2020) viennent confirmer l'inventivité et la générosité de Chris Ware. Bien au-delà du formalisme, ses livres ouvrent à la bande dessinée l'expression romanesque d'un temps infinitésimal, plus intérieur qu'intime. Dans ses histoires, les sensations de la vie palpitent de façon touchante et mélancolique, avec la complicité irremplaçable d'images dessinées quasiment comme des pictogrammes.

PARTENAIRES
Galerie Martel