Lastman : Universe. Interview des auteurs avant l’exposition au Festival

Le lundi 30 novembre 2015 à 12h47

Nous avons rencontré les auteurs de Lastman avant l'ouverture de Lastman : Universe, la grande exposition ludique et interactive au FIBD, pour vous annoncer deux grandes avant-premières.

×

La série Lastman, récompensée en 2015 à Angoulême par le Prix de la Série, est à l’honneur cette année au Quartier Jeunesse. Alors que le deuxième cycle démarre avec le T7, vous pourrez vous immerger dans l'univers imaginé par Bastien Vivès, Mickäel Sanlaville et Balak. Mais pas seulement : vous pourrez bien être les premiers à jouer au jeu vidéo Lastfight et regarder l'épisode pilote de la série animée à Angoulême en janvier prochain. Bienvenus dans Lastman : Universe !

La genèse de la série

Bastien Vivès « Un soir j'étais avec Balak dans un bar et j'avais envie de travailler avec lui. Comme il fait de l'animation, nous avons décidé de faire une BD ensemble. On a commencé à écrire un peu, et vu que ça marchait assez bien nous avons poussé plus loin les personnages et l’univers. Au fur et à mesure l'idée de faire une histoire d'aventure a germé. On s'est pris au jeu, et on s'est dit pourquoi pas tenter le manga. Balak est fan, fait du storyboard et a cette même manière de raconter. Ensuite on a décidé de chercher un troisième auteur pour essayer de faire comme les japonais, et on a demandé à Mick. »

Mickäel Sanlaville « Toutes les trois on avait envie de faire une BD et de la même façon. Bastien voulait faire une BD avec un côté un peu populaire à ce moment-là. Personne ne fait de mangas ici avec le rythme à la japonaise, et surtout aucun éditeur n'avait soutenu des artistes pour faire des mangas, c'était isolé. »

Bastien Vivès « On a commencé à écrire, on en a parlé avec notre éditeur Didier Borg, il était d'accord. Dans les deux premiers volumes il y a le côté classique des mangas, on voulait faire quelque chose de propre et rigolo, puis on a tous ramené plein de choses. Balak la mise en scène des mangas, et tout le côté action, bloodbuster. Moi ce que m'intéressait c'était de raconter une relation mère-fils, ensuite on a commencé à nourrir l'histoire avec les personnages et ça a vite trouvé son chemin. »

Le rythme du mangaka ?

Ensemble « Aujourd’hui on travaille plus vite parce qu'on a trois ans de travail derrière nous et on a un bon rythme. Il y aura 12 albums, ça va sortir jusqu'à janvier 2018. En ce moment, il y a des séries où les mecs balancent un épisode chaque semaine, tu ne peux pas attendre un an pour la sortie d'un tome. Les gens ont envie de consommer, quand ils aiment quelque chose ils en veulent plein. Balak qui est à la mise en scène avait le recul nécessaire pour faire progresser la série à ce rythme. Il voit tout dans la globalité. Nous, on est au dessin et le plus dur c'est de caler les rapports entre les personnages quand il faut les dessiner dans une nouvelle action : parce qu'il faut avoir en tête les parcours de tous les personnages et Balak est là pour nous le rappeler. C’est lui qui gère la mise en scène et la continuité comme l’inspecteur de travaux finis, comme quelqu'un qui puisse garder la tête froide sur tout ce qui va se passer. »

 

×

© Mathieu Zazzo

×

Le jeu vidéo Lastfight

Bastien Vivès « Dès le début, j'ai demandé pour garder les droits d'adaptation de la série en jeux vidéo. Quand on a commencé à y travailler sérieusement, nous avions un jeu avec dix personnages en 3D. Ça fait trois ans qu'on le développe, ça va être un jeu de baston, à deux contre deux, dans des arènes. Il y a un clin d’œil au jeu vidéo dans le tome 4 quand Adrien joue -il joue à Lastfight 2, qui a été fait autour de Richard, qui était à l’époque le gros boxeur à succès. Il y aura de nouveaux personnages aussi, de nouvelles petites histoires. Les personnages de la série qu'on pourra retrouver sont Tomi, Richard et Duke. Et le jeu est pile-poil entre la série animée (qui se passe dix ans avant) et la BD aujourd'hui. »

La série animée

Ensemble « La série animée ça sera plus ados-adultes, il y a un petit peu moins le côté enfantin par rapport au jeu vidéo. C'est un peu plus violent, dans le bon sens du terme, c'est un mix entre Carpenter et Cronenberg. Il va avoir du fantastique. À la fin du tome 8 de la BD on retrouvera un des personnages principaux de la série animée ; il y a également pas mal de personnages qui sont là dix ans avant et plein de choses qui font écho à la BD. C'est Balak qui a eu un œil sur la série en plus de la BD et qui a vraiment bien dirigé l’écriture. »

La version en ligne

Ensemble « Il y avait eu des épisodes de la BD en ligne sur Delitoon gratuitement avant, pendant et après. Mais là Lastman va être même adapté en webtoon, en version couleur. On va étoffer Lastman sur le site et ajouter des fiches perso. C'est une manière de continuer l'univers un peu gratuitement sans avoir trop de regards derrière. »

Des conseils pour affronter un projet d'une telle ampleur

Ensemble « Il faut dessiner dans la même pièce avec les autres auteurs. Il faut savoir travailler avec les gens et s’écouter : à un moment donné si les trois ne sont pas d'accord, ce que ce n'est pas une bonne idée. Après la mise en scène, les dialogues sont les parties les plus importantes. Mais il ne faut pas se dire qu'on va imiter un manga, il faut aussi se faire plaisir. C'est ce que vous avez envie de dire qui prime. »

 

Voici de quoi patienter jusqu’à fin janvier et l’ouverture de l'exposition Lastman Universe, suivez les actualités de Lastman sur nos réseaux.