Le 42e Festival d'Angoulême et Charlie Hebdo

Le lundi 12 janvier 2015 à 16h30

Le Festival d'Angoulême a fait un choix : celui d'inscrire la disparition des auteurs de Charlie Hebdo et de ceux qui se trouvaient à leurs côtés dans une action qui puisse avoir une résonance dans l'avenir.

Pour cette raison, et parce que certains responsables de Charlie Hebdo ont eux mêmes souligné l’importance de ne pas se laisser déborder par l'émotion, nous avons fait le choix de créer un « Prix de la liberté d'expression » - Prix conçu comme une récompense pérenne au cours des années à venir et auquel nous espérons pouvoir associer le nom de Charlie, mais cela, nous ne le ferons que si ceux qui seuls en détiennent la légitimité en sont d'accord. 

Voilà pourquoi, même si attribuer le Grand Prix du Festival d'Angoulême à Charlie Hebdo aurait pu être notre premier réflexe, il nous est apparu, à l'issue d'une réflexion en équipe, que cette idée n'était pas forcément la meilleure. Justement parce qu’un tel choix n'ouvrait pas vers le futur.

À l’inverse, nous estimons que le lancement d’un « Prix de la liberté d’expression » lors de l'édition 2015 du Festival lui assurera immédiatement le rayonnement qui correspond à l'ambition que nous nous devons d'avoir en la matière.

Nous avons également fait ce choix parce qu'il ne nous a pas semblé logique - pour en revenir au fait de ne pas se laisser déborder par l'émotion - que des auteurs de bande dessinée comptant parmi les plus importants au monde ne puissent plus être primés cette année en raison de l’action des assassins qui ont tenté de répandre la terreur dans notre pays. Près de deux mille auteurs (dont vous faites sans doute partie) ont déjà voté pour tel ou tel de leurs confrères. Nous considérons ce vote comme un geste démocratique. Nous ne souhaitons pas l'annuler, mais au contraire mener légitimement ce processus à son terme.

Par ailleurs, ce vote a une portée internationale qui nous paraît prendre encore davantage de sens et de relief en raison des événements tragiques que nous vivons. Il peut ainsi devenir le symbole du respect des cultures et des échanges culturels entre les créateurs du 9e Art et entre les peuples qui sont les lecteurs de leurs œuvres.

C'est pourquoi nous vous demandons de poursuivre votre participation à cette élection du Grand Prix 2015. Ce geste aura, quelque part, valeur d'acte de résistance.

Nous le faisons en vous assurant également que nos équipes mettent tout en œuvre, aux cotés de tous les acteurs de l'univers de la bande dessinée qui le souhaitent - et ils sont nombreux -, pour que l'édition prochaine du Festival soit, au regard de l'actualité tragique que nous venons de vivre, un temps de mémoire, de réflexion partagée, de résistance et de solidarité. Nous sommes d’ores et déjà au travail pour que d'autres actions portent l'esprit Charlie.
 

L'équipe du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême