Les autres rencontres

Plus d'une centaine de rencontres, aux thématiques et aux intervenants très divers, sont à l'affiche du 42e Festival International de la Bande Dessinée, mettant en évidence la dimension esthétique, historique ou sociétale du 9e art.

Les Rencontres dessinées

Les Rencontres dessinées proposent aux festivaliers présents à Angoulême une formule originale, dont la composition et l’organisation expriment un subtil équilibre entre improvisation et mise en scène, dialogue et spectacle. Se trouver immergé, pendant un peu plus d’une heure, au coeur même du processus de création, et pouvoir bénéficier en direct, sans intermédiaire, des commentaires et explications du créateur (ou de la créatrice) lui (elle)-même… Voilà la magie des Rencontres dessinées, telles qu’elles se sont désormais instituées lors de chaque édition du Festival. Chacune de ces rencontres est, avant tout, le moment d’un véritable échange, puisqu’un(e) auteur(e) accepte de travailler en public, sans artifice ni faux-semblants, sur une oeuvre en cours de réalisation et de dialoguer en toute liberté avec les spectateurs présents, autour d’un travail dont ils deviennent ainsi les témoins privilégiés. Mais chaque rencontre participe aussi, à sa manière, de l’univers du spectacle, avec sa dramaturgie, ses accidents et ses coups de théâtre. L’espace où se déroulent les Rencontres dessinées s’efforce de reproduire sinon la lettre, du moins l’esprit de l’atelier des dessinateurs participants, comme si chacun d’eux était surpris au coeur de son intimité créatrice, le public présent s’invitant par-dessus son épaule à épier le trait ou la couleur en train de naître. Une indiscrétion rendue possible par un dispositif de prise de vues installé juste à l’aplomb de la table à dessin, qui retransmet ses images en direct sur grand écran, à destination des spectateurs. Conçues comme une performance, les Rencontres dessinées créent en quelque sorte une passerelle entre les Rencontres internationales et les Concerts de dessins®, et contribuent elles aussi à valoriser la bande dessinée comme un art profondément vivant. Avec au générique cette année, entre autres : Junji Ito, François Boucq, Julie Maroh, Denis Bajram, etc.
 

Une masterclass signée Eiji Otsuka

Pour la première fois à Angoulême, un maître mangaka proposera une masterclass aux festivaliers. Très respecté au Japon, non seulement pour ses créations de scénariste (Leviathan, MPD-Psycho, Kurosagi, livraison de cadavres, pour ne citer que quelques-uns de ses titres traduits en français), mais également pour son travail de critique culturel et d’enseignant, Eiji Otsuka, présent à Angoulême durant les quatre jours du Festival, développera en effet avec deux dessinateurs une masterclass en deux temps, traduite simultanément en français. Premier temps, un cours formel sur l’approche japonaise de la bande dessinée, souvent très inspirée par le cinéma, et les techniques de traitement du manga. Le cours sera illustré par de nombreuses planches, images et exemples de storyboards. Au terme de cette première session. D’une durée de deux heures environ, Eiji Otsuka confiera à l’ensemble de ses élèves un travail pratique, à réaliser d’après les indications de son cours. Deuxième temps du programme, les corrigés : 24 heures après le premier cours, Eiji Otsuka et ses assitants proposeront à leurs élèves, toujours avec le soutien d’une traduction en direct, une séance de commentaires critiques des travaux réalisés, assortis de conseils pour améliorer la maîtrise des techniques cinématographiques du manga. Une occasion exceptionnelle de rencontrer l’un des meilleurs scénaristes du monde des mangas et d’appréhender de plus près le regard que portent les auteurs japonais sur la conception des récits en images. La masterclass d’Eiji Otsuka, dans la limite des places disponibles, sera ouverte à tous, étudiants des écoles d’art comme amateurs.
 

Les Rencontres Télérama du Nouveau Monde

Inventer. Renouveler. Oser. Ceux qui s’y sont risqués, au cours de l’année écoulée, seront reçus au Forum Télérama du Nouveau Monde. Mais comme l’originalité ne se décrète pas, ou alors ce n’est qu’une posture, l’intérêt sera porté sur le chemin qui y conduit, la démarche d’auteurs ou d’éditeurs qui, plutôt que d’appliquer des formules éprouvées, auront réussi à faire entendre leur différence. Le débat peut commencer…
 

Les conférences et débats du Conservatoire

Érudites, historiques et souvent inattendues, les conférences du Conservatoire proposent, dans les trois amphithéâtres du Conservatoire Gabriel Fauré, une série d’exposés conviviaux d’une heure et demie animés par des spécialistes, liés à l’actualité et surtout à l’histoire de la bande dessinée, qui cherchent à éclairer sous un nouveau jour la théorie et l’esthétique de la bande dessinée Cette année, les comics auront la part belle des conférences et des débats organisés pendant le Festival.
 

Les Rencontres lycéennes

Depuis plusieurs années, des auteurs des Rencontres internationales sont invités à intervenir pendant le temps du Festival au sein de lycées d’Angoulême. Ces rencontres d’une à deux heures, préparées en classe en amont avec les enseignants et les centres de documentation des établissements, donnent lieu à des échanges variés en fonction des thématiques de l’oeuvre de l’auteur. Les rencontres lycéennes se déroulent pendant les cours d’arts plastiques, de langues ou d’histoire géographie et sont chaleureusement accueillies par les enseignants. Elles permettent à de nombreux élèves d’être directement au contact de la création en bande dessinée et, le cas échéant, de travailler leur pratique des langues.
 

Et sans oublier…

Les Rencontres de la Sélection officielle, organisées à l’Espace Cultura dans le Monde des Bulles, place du Champ de Mars, ainsi que les Rencontres Jeunesse, qui se déroulent au Conservatoire Gabriel Fauré, et les Rencontres Polar, dans l’Espace Polar / SNCF, rue Hergé.