Tintin la suite : le compte-rendu du débat

Le dimanche 02 février 2014 à 13h34

Le débat sur Tintin à l'Espace Franquin a tenu toutes ses promesses. Une salle comble, des intervenants pertinents... et une grande question qui reste partiellement en suspens : la date et l'aspect du prochain album.

UNE INTERPRÉTATION du mythe. Voilà le concept sur lequel la plupart des intervenants se sont accordés. Si nouvel album de Tintin il y a, son auteur ne devra pas tenter de reproduire la ligne claire d'Hergé, de le présenter visuellement de la même manière, ou de faire croire qu'il s'agit simplement du tome 25 de la série. « Ce serait un mensonge, une contrefaçon » juge Benoît Mouchart, directeur éditorial bande dessinée des éditions Casterman. Pour qu'il n'y ait aucun doute sur la rupture entre Hergé et son successeur, ce dernier devra avoir un style bien à lui et une vision personnelle du jeune héros, tout en gardant les valeurs qui ont fait son succès : le courage, l'humanisme, et la découverte du monde.

La volonté de voir un jour un nouvel album de Tintin a été quasi-unanime au sein des intervenants, Nick Rodwell s'abstenant sur la question. Pour faire part de son sentiment, Benoît Peeters a évoqué la phrase traditionnelle « Le roi est mort, vive le Roi ! » proclamée à l'avènement d'un nouveau monarque. L'auteur du Monde d'Hergé estime qu'il y a désormais un délai suffisant (38 ans depuis la parution de Tintin et les Picaros) pour effacer toute confusion entre l'œuvre d'Hergé et la possible suite des Aventures de Tintin.

 

Un album de Tintin numérique ?

En revanche, il n'est pour l'instant pas question de voir une nouvelle aventure avant 2052 ou 2053. Nick Rodwell, époux de la veuve d'Hergé Fanny Rémi qui a hérité des droits de son œuvre, a bien évoqué un potentiel nouvel album, mais ce n'est vraiment pas pour tout de suite : « On pourrait en commencer la conception vers 2048, pour qu'il soit prêt en 2052 ou 2053, avant la fin de la période des 70 ans de protection des droits d'auteur. Je ne vois pas pourquoi on s'obligerait à en publier un avant, il y a une loi qui nous protège. » Sur la forme qu'aura cet album, le britannique a évoqué le numérique : « Le contrat d'Hergé avec Casterman concerne la bande dessinée papier, pas le numérique. Il est donc tout à fait envisageable de voir un album sur iPad avant 2054. Mais encore une fois, nous ne sommes pas pressés. »

Ce débat a également vu une forme de réhabilitation de Fanny et Nick Rodwell, souvent critiqués par le passé pour leur contrôle très strict de l'utilisation de l'œuvre d'Hergé. « Les choses ont changé, a constaté Rodwell. Avant on nous appelait presque tous les jours pour nous dire que tout ce qu'on voulait, c'était faire du fric. Aujourd'hui, les gens sont mieux informés sur notre travail. ». Benoît Peeters a ainsi rappelé qu'il était impossible de terminer Tintin et l'Alph-Art, la dernière histoire de Tintin commencée par Hergé, tant la matière laissée par l'auteur était maigre. « Il n'y avait même pas de storyboard complet, a expliqué l'écrivain. A ce stade-là, il n'était pas question de le terminer mais bien de le réaliser. »

 

Une nouveauté dès le mois prochain

Mais il ne sera pas nécessaire d'attendre encore quarante ans pour voir une production sur papier des aventures du jeune reporter. Car le vrai scoop de ce début d'année, c'est la reprise de la collaboration entre Moulinsart et Casterman. Benoit Mouchart a rappelé la parution le mois prochain de La malédiction de Rascar Capac, un livre qui regroupe les croquis des 7 Boules de Cristal publiés dans Le Soir entre 1943 et 1944 et raconte comment Hergé a élaboré son récit, et annoncé qu'il travaillait sur une refonte des Cigares du Pharaon, grâce aux croquis laissés par le dessinateur. Quant à Nick Rodwell, il a confié travailler sur une colorisation de Tintin au Pays des Soviets

 

Pour relire les enjeux du débat : http://www.bdangouleme.com/476,tintin-la-suite-tout-sur-les-enjeux-du-debat

Pour revoir le débat filmé en intégralité : http://www.youtube.com/watch?v=P0Hct1ZvGvM