Venise sur les pas de Casanova

Dans cette exposition de dessin et de peinture, les visiteurs sont invités à découvrir des vedute de la Venise du XVIIIème siècle, dont certains chefs d’œuvre de Guardi et Canaletto. Ces tableaux, issus du Fonds Glénat et de différents musées français, seront accompagnés de dessins inédits réalisés par des auteurs de bande dessinée en hommage à Casanova.

Fonds Glénat
Ville-angouleme

Depuis des siècles, Venise inspire les artistes. Parmi les célèbres observateurs de cette ville inoubliable, deux peintres du XVIIIème siècle, Giovanni Antonio Canal, dit Canaletto (1697-1768), et Francesco Guardi (1712-1793) ont fait école dans l’art des vedute , ces tableaux souvent de format réduit que les aristocrates conservaient en souvenir de leur séjour dans l’opulente cité des Doges.

Par son sens de la perspective, Canaletto a imposé les règles de la veduta , désignant les lieux privilégiés de ces représentations qui préfigurent la carte postale…

Loin des vues touristiques du centre de la ville, le scandaleux Giacomo Casanova (1725-1798) déambule dans une Venise interlope, traversant des ruelles discrètes et périphériques… C’est ce double-regard que montrera l’exposition : d’un côté la Venise officielle, avec ses canaux et ses palais, vue à travers de somptueuses peintures rappelant sa majesté ; de l’autre, des illustrations inédites et contemporaines qui se placeront dans les pas du fantasque Casanova.

La bande dessinée s’est emparée très tôt du motif de Venise. On retrouve la ville dans Buster Brown de Richard Outcault, Mandrake de Lee Falk, La Famille Illico de George McManus, Corto Maltese de Hugo Pratt, Dieter Lumpen de Pellejero et Zentner, ou encore dans les histoires Disney dessinées par les maîtres italiens Romano Scarpa et Giorgio Cavazzano.

Partis à Venise sur les traces de Casanova, huit dessinateurs contemporains prestigieux y ont réalisé des œuvres inédites mettant en scène le scandaleux aventurier et proposant différentes vues de la ville. François Avril, Griffo, Miles Hyman, Kim Jung Gi, Tanino Liberatore, Loustal, Milo Manara et Zep se sont ainsi prêtés ensemble à un bel exercice : faire en toute liberté le portrait d’une ville et d’un de ses symboles immémoriaux, sans contrainte de format ni de technique.

Témoins privilégiés de l’atmosphère propre à la cité des Doges, ils font le pont entre des représentations picturales de près de 300 ans et l’époque contemporaine, en imprimant leur propre marque. Le résultat éclatant de leur voyage au cœur de Venise sera présenté dans l’exposition, en dialogue avec des tableaux italiens exceptionnellement réunis.

Musée d’Angoulême du 25 janvier au 11 mars 2018
Production : Fonds Glénat pour le Patrimoine et la Création
Commissariat : Bozena Anna Kowalczyk et Stéphane Beaujean