Marion Montaigne ramène sa science

Sur son blog, dans ses livres et ses vidéos, Marion Montaigne n’hésite jamais à désacraliser le savoir pour le ramener au niveau de l’humour… Difficile d’y résister, comme le rappellera l’exposition dédiée à cette autrice majeure de la bande dessinée contemporaine.

Grand Angoulême
ELLE

Depuis 10 ans, Marion Montaigne porte un projet de bande dessinée ambitieux et réjouissant : celui de se confronter à la science tout en évacuant le sérieux scientifique.

Loin du pensum, cette approche se caractérise au contraire par une volonté permanente de désacraliser la science et ses mystères, mais aussi par les fous rires inévitables qu’elle provoque… Car Marion Montaigne use et abuse de métaphores filées et de références aussi délirantes qu’inattendues. La complexité des sujets qu’elle aborde s’en trouve réduite à des considérations d’une évidence qui finissent par laisser penser que les scientifiques, s’ils le voulaient vraiment, pourraient souvent transmettre leurs savoirs de façon beaucoup plus claire !

Pour porter la narration de Marion Montaigne, il y a l’inénarrable Professeur Moustache, passeur pas toujours très adroit des notes du blog Tu mourras moins bête… mais tu mourras quand même ! , créé en 2008 et dont les livres ont paru aux éditions Delcourt. Ajoutons, pour ceux qui ne le savent pas encore, que le Prof est devenu en 2016 une vedette de l’écran sur Arte, avec l’acteur François Morel pour lui prêter sa voix.

Chez Marion Montaigne, tout se teinte de fantaisie, notamment grâce à son dessin spontané qui convoque une expressivité pouvant évoquer, sur un mode différent, Reiser ou Lefred-Thouron.

Le dernier ouvrage de l’autrice, Dans la combi de Thomas Pesquet (Dargaud), raconte par le menu les (més)aventures du célèbre astronaute français, depuis le parcours du combattant qu’il a dû suivre pour réaliser son rêve jusqu’aux détails les plus triviaux de la vie quotidienne dans la Station spatiale internationale... Sans surprise, Marion Montaigne réussit une nouvelle fois à se jouer de la complexité scientifique aussi facilement que l’astronaute se joue de la gravité – d’ailleurs, on apprend dans le livre qu’il vaut mieux parler d’impesanteur que d’apesanteur.

Pour présenter l’œuvre drolatique de cette artiste amatrice de jeux de mots et d’éprouvettes, quel meilleur lieu que l’Alpha, la nouvelle médiathèque d’Angoulême, avec son architecture high tech et ses airs de labo secret… ? Le rendez-vous est donc donné en janvier, en compagnie bien sûr du Professeur Moustache et de ses démonstrations ludo-scientifiques !

L’Alpha – Médiathèque de Grand Angoulême du 25 au 28 janvier 2018
Production : 9e Art+ / FIBD
Commissariat : Ferraille Production