Interview d'Ancco Prix Révélation 2017

Le jeudi 04 mai 2017 à 15h49

La lauréate du Fauve d'Angoulême – Prix Révélation pour « Mauvaises Filles » répond à nos questions !

Les lauréats du Palmarès à la loupe ! Ancco est l'autrice coréenne qui a remporté le Prix Révélation en janvier dernier pour Mauvaises Filles aux éditions Cornélius. Un roman graphique qui a pour vocation de « montrer les gens qui vivent une vie obscure comme ils sont. » Elle nous en dit plus dans cette interview.

Comment est née l'histoire ? C'était aussi un choix éthique – pour dénoncer des aspects violents de la vie ?
Ancco : L’œuvre a été inspirée par mes histoires personnelles du lycée, sur lesquelles j’avais envie de travailler du début ; pourtant il a fallu beaucoup de temps que ces histoires mûrissent en moi. Quand je me suis éloignée du passé, et que j’ai pu regarder avec de la distance, l’œuvre s’est finalement réalisée. J’ai voulu montrer les gens qui vivent une vie obscure comme ils sont : avec leur part de bien et de mal, de ce qui est juste et injuste pour eux. Je voulais que les lecteurs puissent réfléchir à travers mon œuvre.

D'où vient votre inspiration quotidienne ?
Ancco : Je grave les faits contingents dans ma mémoire. Les souvenirs du passé qui errent ici et là, deviennent une histoire de fiction dix ans après. Le printemps qui arrive après l’hiver, la pluie, ou bien une odeur que j’ai déjà connue : ce sont les souvenirs qui me reviennent et qui m’inspirent.

Y a-t-il une partie sur laquelle vous avez aimé travailler en particulier ?
Ancco : Dans Mauvaises Filles, je préfère la partie sur le karaoké : sans aucune raison particulière, j’ai beaucoup aimé réaliser ces scènes. Également, le moment où Jin-joo retrouve Jung-Ae dans un bus, sur laquelle j’ai travaillé de façon très concentrée.

Comment avez-vous reçu le prix Révélation ? Quelle importance a-t-il pour vous ?
Ancco : J’ai su que j’étais sur la liste de récompenses seulement après être entrée dans le Théâtre (d’Angoulême). Sur le moment je n’ai pas pu profiter de la joie du prix reçu, déjà paniquée, à cause de la grande scène où je devais faire un discours.
Après avoir reçu le prix à Angoulême, tout a totalement changé. Les BD comme Mauvaises Filles, que l’on ne peut pas classifier dans un genre, n’ont pas été vraiment reconnues en Corée du Sud. Les Webtoons (la BD numérique coréenne) et les Mangas japonais sont partout, et il est difficile de publier des bandes dessinées qui n’ont pas connu au préalable le succès sous forme numérique.  Quelque temps après la sortie de Mauvaises Filles, j’étais déçue et découragée. J’ai ressenti une sorte d’isolement, ou bien de solitude. De plus en plus, les gens qui travaillent sur les BD de ce genre-là tendent à disparaitre. Puis, j’ai reçu le prix et tout a changé. Le prix et l'album ont bien été remarqués dans la presse et beaucoup de gens ont vu que ce genre de BD existait. Et donc, le prix m’a permis d’avoir la certitude que je n’ai pas travaillé pour rien.

Quels sont vos projets futurs ?
Ancco : Je suis en train de travailler sur plusieurs projets, sans liens entre eux. Les gens s’y attendent. J’ai tant de choses à raconter.