La jeunesse au Festival : des ateliers pour apprendre à dessiner

Le lundi 06 mars 2017 à 11h01

Ambiance sur les ateliers du festival 2017, où l’on pouvait apprendre à dessiner, à coloriser...

Au Festival les animations jeunesse étaient nombreuses cette année aussi. Tour d'horizon à travers quelques-uns des ateliers proposés.

« La couleur, c’est des choix, des émotions » Pascale Drac Wallet animait l'atelier « De la couleur dans la BD »
Elles sont une dizaine, âgées de 12 à 15 ans, certaines avec un grand papillon dessiné sur le visage, d’autres avec des chapeaux Spirou ou des coiffes d’Indiens sur la tête. Elles sont venues pour une grande journée de découverte de la bande dessinée. Une journée bien remplie : entre les stands des éditeurs, le concert de dessin, une rencontre avec le nouveau dessinateur de Boule et Bill, l’expérience Le Secret du Nouveau Monde, et l’espace Manga, il y avait de quoi faire.
Aujourd'hui au Festival ces dix filles qui font toutes partie du club Presse et Manga de leur collège, apprennent à coloriser une bande dessinée. Pour cet atelier-découverte, Pascale Drac Wallet, coloriste professionnelle, leur donne des planches en noir et blanc, des crayons de couleur, et quelques précieux conseils. « Commencez par les grandes zones, et faites toutes les zones de la même couleur en même temps, sur toute la page. Vous allez voir, une heure, ça passe très vite ! » Pour elle, l’expérience est aussi amusante que pour les festivaliers. « J’adore voir les participants coloriser les planches sur lesquelles je travaille normalement, et comparer mes choix aux leurs. Mais surtout, j’adore voir le regard des participants se transformer, quand ils se rendent compte de tous les choix différents qui peuvent être faits, des émotions que l’on met en avant avec les couleurs… Ils se rendent compte de l’importance de la réflexion, des choix, des styles de chacun, mais aussi du travail que cela représente ! Souvent, ils découvrent que coloriste, c’est un métier qui demande beaucoup de patience. » Et qui transforme le travail du dessinateur : « Je fais travailler plusieurs personnes sur la même planche, mais à la fin de l’atelier, il n’y a pas deux planches semblables ! Chacun exprime son univers intérieur. »

 

 

Autre lieu, autre atelier : sur le stand Cultura, petits et grands pouvaient apprendre à dessiner un personnage. Une dizaine de personnes de tous âges, dont beaucoup d’enfants et adolescents, parfois accompagnés de leurs parents, écoutent les conseils de l’animateur. « En général, on part d’une forme simple », explique celui-ci. « Un rond pour la tête, dans lequel on fait une croix pour avoir des repères pour fixer les yeux et la bouche, un rectangle ou une goutte en dessous pour le corps… Commencez à travailler avec un crayon de couleur clair pour les esquisses, et passez ensuite à un crayon beaucoup plus foncé pour les détails. » Deux ados tracent des repères, hésitent, demandent conseil à l’animateur, s’enhardissent. « C’est pas facile. Comment on fait les pieds ? » Rapidement, des silhouettes de petits héros ou de petits monstres naissent sur les pages. « C’est le genre d’atelier ou à la fin, il y a une grosse satisfaction. On leur apprend des techniques simples de développement des personnages, et du coup ils commencent vraiment à construire, à faire un travail, et pas seulement un brouillon. »

Beaucoup d’autres ateliers et rencontres jeunesses étaient programmés cette année, pour apprendre à scénariser, à construire un manga, à dessiner des animaux, pour découvrir les secrets de fabrication d’un journal en BD… De quoi faire plus que ses premiers pas et lancer des vocations.
Visitez nos pages concoursla plateforme de publication et les outils gratuits sur BDJeuneCreation pour continuer à créer.