Prix René Goscinny

Emmanuel Guibert, le scénariste de La Guerre d’Alan, Ariol, Sardine de l’Espace et Le Photographe, est le lauréat du Prix René Goscinny 2017, qui vient récompenser son parcours de conteur touche-à-tout et à l’aise dans tous les genres.

Certains hommes sont des caméléons, d’autres empruntent des identités, d’autres enfin sont des dessinateurs. Emmanuel Guibert, né en 1964, est tout cela à la fois, par la manière amoureuse dont il se glisse dans l’intimité de gens qui lui sont proche pour la sublimer par son geste créateur. Le photographe Didier Lefèvre ou l’ancien soldat américain Alan Ingram Cope sont ainsi devenus les personnages de récits où biographie et autobiographie fusionnent en un flux indémaillable. Emmanuel Guibert parvient en effet à convertir les personnes qu’il a connues et qu’il admire en héros simples mais édifiants. Son écriture s’articule alors à une pratique très réfléchie du dessin, dont la beauté plastique est souvent subjuguante.
En parallèle, Emmanuel mène une carrière de scénariste pour la bande dessinée jeunesse où ses héros figurent d’ores et déjà au panthéon des lectures les plus appréciées des cours d’école. La série Ariol, à ce titre, dresse un portrait très contemporain de l’enfance d'aujourd’hui.
C’est pour la diversité de son œuvre, sa capacité à perpétuellement se renouveler, pour l’intelligence et la sensibilité avec lesquelles il réfléchit à la place de l’auteur et du narrateur dans sa mise en scène des biographies, que les membres du jury du Prix Goscinny ont décidé de couronner Emmanuel Guibert.


Le trophée du prix sera officiellement remis ce mercredi 25 janvier 2017 à 18 h lors de cérémonie d’ouverture officielle du Festival à la Médiathèque de l’Alpha.


Pour cette première édition, le jury du Prix René Goscinny est composé de huit membres : Anne Goscinny (présidente de l’Institut René Goscinny), Stéphane Beaujean (directeur artistique du Festival), Catel (autrice), Florence Cestac (autrice et Grand Prix du Festival), José-Louis Bocquet (auteur), Jul (auteur), Anne-Hélène Hoog (conservatrice au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme) et Frédéric Bonnaud (directeur général de la Cinémathèque française).

LES SCÉNARISTES À L’HONNEUR

2017 sera l’année du quarantième anniversaire de la disparition de René Goscinny. À cette occasion, le Festival International de la Bande Dessinée et l’Institut René Goscinny ont souhaité rendre hommage au célèbre scénariste et remettre à l’honneur le Prix René Goscinny. Ce prix a pour vocation de mettre en lumière le travail des scénaristes de bande dessinée. Le lauréat sera désigné par un jury et recevra un trophée lors du Festival. Une exposition lui sera entièrement consacrée l’année suivante.

L’ORGANISATION DU PRIX

Le Prix, fidèle à sa vocation originelle, pourra être attribué à un jeune scénariste pour un album paru dans l’année, ou à un scénariste confirmé pour sa contribution à un album en particulier. Le Prix pourra également couronner un scénariste pour l’ensemble de son œuvre.

 

• Le lauréat
Le nom du lauréat sera annoncé lors de l’ouverture officielle du Festival 2017.
 

• Le trophée

Lors de l’ouverture, le scénariste primé recevra un trophée représentant une œuvre d’art originale en bronze créée par l’artiste français Robert Combas et figurant un assemblage de lettres qui forment le mot « SCÉNARIO ».
 

• Une exposition

Le lauréat du Prix René Goscinny se verra consacrer une exposition présentant son parcours et son œuvre. Elle sera réalisée par le Festival en partenariat avec l’Institut René Goscinny, dans le cadre de la programmation officielle du Festival, et se tiendra un an après la remise du Prix.

Le Trophée

• L’esprit Goscinny : partager et découvrir

Créé en 1988 par Gilberte Goscinny, le Prix s’inscrit dans l’esprit et le prolongement de l’action menée par René Goscinny. Grâce à son immense talent, le cocréateur et scénariste d’Astérix, d’Iznogoud, du Petit Nicolas ou encore de Lucky Luke révèle l’importance du scénario dans la bande dessinée. Il impose notamment la signature du scénariste aux côtés de celle du dessinateur.

À la tête du légendaire magazine Pilote, Goscinny révolutionne le 9e art en ouvrant les colonnes de son magazine à tous ceux qui sont aujourd’hui considérés comme les maîtres de la bande dessinée. Les héros de Goscinny sont devenus des icônes de la culture populaire, et leurs aventures restent d’une éclatante modernité. Son œuvre fait désormais partie de notre patrimoine artistique.

• Promouvoir les scénaristes de bande dessinée

Si le Festival d’Angoulême, depuis plus de quatre décennies, a contribué à mettre à l’honneur de nombreux auteurs et en particulier les dessinateurs, il a plus rarement distingué les scénaristes. C’est pourquoi, poursuivant la démarche qu’il a déjà entreprise depuis deux ans en créant des expositions qui leur sont spécialement consacrées, il a souhaité donner à celle-ci une dimension à la fois systématique et d’une ampleur nouvelle en s’associant à l’Institut René Goscinny.

• L’Institut René Goscinny est un fonds de dotation créé en 2016 et présidé par Anne Goscinny. Il a pour objet de développer et de soutenir des activités d’intérêt général à caractère culturel et éducatif s’inscrivant dans le patrimoine artistique et culturel français, et qui ont trait à l’œuvre de René Goscinny.
En participant à l’organisation du Prix René Goscinny, l’Institut, partenaire du Festival, mène une action de mécénat. Il offre au lauréat une œuvre d’art et fait un don pour la réalisation d’une exposition.

www.institut-goscinny.org

INSTITUT RENÉ GOSCINNY : 15 avenue Victor Hugo – 75016 PARIS

• Tél. : 06 73 84 47 58
contact@institut-goscinny.org