Le château des Étoiles à la conquête de l'éther

Cette année, au Quartier jeunesse du Festival, un souffle épique nous emmène de la Terre à la Lune en un clin d’œil. Pour le voyageur, l’ailleurs est un doux rêve qu’il faut toujours réinventer... Prêts pour l’embarquement ?

Déjà auteur de deux séries de bande dessinée reconnues – Le Troisième testament (Glénat) et Siegfried (Dargaud), Alex Alice entame au printemps 2014 une nouvelle publication : Le Château des étoiles (Rue de Sèvres), qui narre l’histoire des prémices de la conquête spatiale dans une réalité fantasmée, telle qu’elle fut imaginée et décrite par les scientifiques de la deuxième moitié du XIXe siècle.

© Rue de Sèvres, Alex Alice

Le héros de la série, Séraphin Dulac, est un jeune garçon intelligent, passionné d’astronomie et un brin rêveur. Sa mère, exploratrice intrépide et scientifique de renom, est sur le point de percer le mystère de l’éther, ce fluide subtil et intangible considéré comme la clef de la conquête des étoiles, lorsqu’elle disparaît dans un accident en plein vol de montgolfière à haute altitude. Seul le carnet de bord de Claire Dulac est retrouvé, un an plus tard, en Bavière. Séraphin, ne pouvant se résoudre à abandonner sa mère, part à sa recherche, entrainant dans son sillon les forces d’un Roi visionnaire et d’un empire avide de puissance. Commence alors une longue échappée, pleine de rebondissements, qui va, case après case, conduire les protagonistes de ce récit dans l’espace puis jusqu’à la Lune. Cette uchronie, qui fait la part belle aux machines fantastiques façonnées de bois et de cuivre, puise son inspiration aussi bien dans les récits de Jules Verne que dans la documentation scientifique de la fin du XIXe siècle ou dans l’histoire du Second Empire.

Les deux albums de la série, récompensés de plusieurs prix, ont été largement salués par un succès public avec plus de 200 000 exemplaires vendus ainsi que des traductions en Europe et aux États-Unis. Une prépublication en feuilletons, sous forme de gazettes enrichies d’articles et de publications « d’époque », rend hommage aux originaux grand format. L’auteur y pousse ses expérimentations graphiques en couleur directe, déjà présentes dans Siegfried, avec une ampleur et une démesure à la hauteur des aspirations de nos héros.

© Rue de Sèvres, Alex Alice

À la veille de la publication du troisième tome de la série, une exposition d’ampleur est consacrée pour la toute première fois à l’œuvre et à son univers. Présentée au Quartier jeunesse du Festival, elle permettra aux visiteurs d’admirer en détail les planches originales d’Alex Alice, ainsi que des croquis préparatoires, des dessins inédits et des esquisses de recherches graphiques. L’ensemble sera agrémenté de dispositifs scéniques fidèles aux techniques des artistes et metteurs en scène du XIXe siècle. Des maquettes des incroyables machines imaginées par Alex Alice, ainsi que des costumes réalisés tout spécialement pour l’exposition, seront présentés pour ancrer d’autant l’imagination des lecteurs dans la réalité… une opportunité unique de plonger sans retenue dans cette œuvre colorée et romanesque, et de rejoindre ainsi le plus fantastique des vaisseaux, celui que l’on nomme le Château des étoiles...

 

Dans cette vidéo Alex Alice vous dévoile quelques secrets de fabrication de la série et vous en dit plus sur ce que l’on trouvera dans cette expo exceptionnelle qui ouvre la semaine prochaine.

Quartier Jeunesse, Chais Magelis du 26 au 29 janvier 2017

• Production : 9eArt+ / Rue de Sèvres
• Commissariat : Alex Alice, Fabien Hamm
• Scénographie : Élodie Descoubes
• Régie : Argos Arhea Design


string(3) "815"
string(6) "photos"
Total : 4 - Reste : 4