The Hoochie Coochie

Une exposition autour de la maison d’édition The Hoochie Coochie et de ses « livres imprimés à l’encre et à l’huile de coude », ou comment célébrer 40e Festival international de la bande dessinée dix ans d’aventures et de création alternatives.

© The Hoochie Coochie

Jeune éditeur alternatif, héritier des indépendants « historiques » apparus dans les années 1990, The Hoochie Coochie a fait ses débuts voilà une décennie, en 2002, dans un esprit d’innovation : explorer les possibles en bande dessinée, en toute liberté. Dix ans après ces premiers pas, une exposition anthologique fait l’état des lieux de cette initiative exigeante et originale.

Initialement lancé avec la publication de deux fanzines, The Hoochie Coochie s’est d’abord développé autour d’un premier projet collectif, la revue Turkey Comix — soit une vingtaine d’auteurs amateurs s’essayant à diverses formes d’impression et de fabrication artisanale (gravure, sérigraphie, reliure japonaise, etc.). Afin de permettre la mise en œuvre de projets plus ambitieux, la maison d’édition se professionnalise et publie dès 2007 ses deux premiers livres, sans logique de collection : Jamestown, de Christopher Hittinger et Poisson Gélatine, de Tarabiscouille. Dans le même temps, Turkey Comix devient une imposante revue annuelle, qui présente à chaque livraison une trentaine d’auteurs.

Une seconde revue issue elle aussi du fanzinat, DMPP, intègre la structure en 2008 sous la houlette de l’auteur Gérald Auclin. DMPP complète Turkey Comix par son format (à l’italienne), par la diversité de ses axes et par une approche transversale de la bande dessinée (dossiers d’étude sur des auteurs insuffisamment valorisés, jeux en papier, mini-récits à monter soi-même, critiques, feuilletons, formes courtes, etc.). En 2008 et 2009, les deux revues se voient coup sur coup attribuer le Prix de la bande dessinée alternative au Festival international de la bande dessinée d’Angoulême.

© The Hoochie Coochie

À partir de 2010, le travail de défrichage s’internationalise (du côté de l’Allemagne, du Danemark, du Canada, de la Russie et de l’Australie, notamment) et la maison d’édition commence à publier des auteurs confirmés comme Baladi, Ibn Al Rabin, Nicolas Presl, Martes Bathori, Joko, etc. The Hoochie Coochie fait aujourd’hui paraître sept à huit publications annuelles, revues comprises, tout en proposant par ailleurs des ateliers pédagogiques de sensibilisation à la narration graphique et à l’impression artisanale.

C’est de l’ensemble de cette expérience dont veut rendre compte l’exposition programmée dans les locaux du Musée du papier d’Angoulême, autour de cinq grands axes entremêlés. Les livres : chacun des treize livres réalisés par The Hoochie Coochie sera valorisé par l’exposition de quatre planches originales. Cette partie présentera également la nouvelle collection collaborative de The Hoochie Coochie (3, deux numéros parus), ainsi qu’un portfolio imprimé en sérigraphie. Turkey Comix : autour d’une sculpture en carton ornée de dessins d’auteurs de la revue sera présentée une sélection de planches représentatives, l’intégralité des numéros de la revue, ainsi que des plaques gravées sur bois et linoléum, avec les outils nécessaires à leur réalisation et à leur impression.

DMPP : pour valoriser cette seconde revue, un choix de documents rares et de pièces déterminantes dans le choix des auteurs auxquels des dossiers ont été consacrés. L’accent sera également mis sur les divers objets et volumes que le lecteur est invité à réaliser lors de chaque numéro. L’atelier : un atelier de démonstration publique, en activité pendant les quatre jours du Festival, permettra aux festivaliers de prendre part aux cessions d’impressions artisanales de linogravures et xylogravures. Les visiteurs pourront aussi découvrir le matériel et les estampes en cours de séchage.
Les fanzines : enfin, la production de fanzines, revues et petits projets auto-édités restant au cœur de l’activité de bon nombre des auteurs du collectif, un patchwork de ces travaux (Social-Traître, Dérive Urbaine, Gonzine, Tarabisbite…) sera également exposé.

Ateliers de gravure sur bois : démonstration de gravure sur bois par Olivier Philipponneau suivi d'une impression de la gravure par le public (1h)

Exposition « The Hoochie Coochie – Livres imprimés à l’encre et à l’huile de coude »
Lieu : Musée du Papier
Du jeudi 31 janvier au dimanche 24 mars 2013, de 10h à 19h

Production : 9eArt+
Commissariat et scénographie : Alexandre Balcaen et Gautier Ducatez