Avec Ruquier, Europe 1 fait des bulles à Angoulême

Le jeudi 31 janvier 2013 à 09h02

Devant un public conquis, l'équipe de « On va s'gêner » a pris ses quartiers à l'espace Franquin, le temps d'enregistrer cette émission phare d'Europe 1.

« Est-ce qu'Angoulême est prêt  ? » « Ouiiiiii  ! » Il est 19 heures, mercredi 30 janvier, l'enregistrement de l'émission d'Europe 1 «  On va s'gêner  » commence, en public, dans la salle Buñuel de l'espace Franquin. Cette dernière est pleine – les premiers sont arrivés dès 14 heures pour être certains de voir Laurent Ruquier et sa bande de chroniqueurs.

Pendant trois heures, les blagues et les rires s'enchaînent, et le public, complice, n'hésite pas à interpeller qui Pierre Bénichou, qui Steevy Boulay, qui Titoff… Des chroniqueurs passés au gril d'un questionnaire spécial BD pour la rubrique « Qui qu'a le mieux bossé ». « Dans quelle BD entend-on la chanson 'Poor Lonesome Cowboy  ? », demande ainsi Laurent Ruquier à Christophe Beaugrand. « Lucky Luke  ! », répond aussitôt l'imitateur de l'émission. « Qui a réalisé l'affiche du 40e Festival d'Angoulême  ? », demande ensuite l'animateur. Les garçons calent, seules les deux filles du groupe trépignent. Caroline Diament se lance  : « JC Dubois  ! JC Duclair  ! » Isabelle Motrot la corrige  : « Mais non, c'est Jean-Claude Denis... »

Au bout de la table, Pierre Bénichou bougonne. Il vient de se faire éliminer dès le premier tour après avoir séché à la question  : « De qui Razibus Zouzou est-il le compagnon  ? » Il n'a pas su répondre Bibi Fricotin. « Moi, je connais qu'un seul auteur de BD, de toute façon, c'est Claire Brétecher  ! », peste-t-il. Laurent Ruquier le rembarre gentiment, Pierre Bénichou poursuit  : « Si vous m'aviez posé une question sur Claire Brétecher, j'aurais répondu Claire Brétecher  ! »

A l'occasion de la 40e édition du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême, Europe 1, partenaire de la manifestation, offre des bandes dessinées aux nombreux auditeurs qui appellent pendant l'émission. Une manière de rappeler qu' « Angoulême a beaucoup fait pour le neuvième art », souligne Laurent Ruquier. « Oui, et c'est pour ça qu'Angoulême sera rasée demain  ! », lance Pierre Bénichou. Le public s'esclaffe. Qui aime bien châtie bien.