COSEY, LA MÉDITATION COMME MOUVEMENT

Le lundi 11 décembre 2017 à 17h00

Au cœur de l'affiche de ce 45e Festival, Cosey a choisi de représenter un symbole bouddhique qui évoque ses œuvres principales. Ce choix n'est pas anodin pour ce grand connaisseur de l'Asie et nous vous proposons d’en savoir plus.

×

Dans Jonathan, la série qui court sur toute la carrière de l'auteur, il est question de spiritualité ; chaque voyage est une quête intérieure autant qu'une découverte de l’ailleurs. Cosey, qui se présente comme un « touriste en avance », fait voyager son personnage dans l’Himalaya (nord de l'Inde, Chine, Népal et Tibet), mais aussi au Vietnam, au Japon et en Birmanie.

« Jonathan, c'était mon autobiographie imaginaire. Une sorte de moi fantasmé, une version améliorée ! Il est assez idéalisé. Il a plus de qualités que de défauts alors que je maintiens, au mieux, un équilibre. J'étais intéressé par ce que l'on appelle pompeusement la recherche spirituelle et la connaissance de soi – intérêt partagé avec Derib. »

Pas étonnant de croiser ces signes, discrets échos à la bande dessinée, que sont ces symboles bouddhiques. Ces diagrammes symboliques sont utilisés pour la méditation et leur caractère éphémère, malgré la minutie et le temps qu'il faut pour les réaliser, invite à la réflexion. Ils peuvent être abstraits ou figuratifs, et l'auteur, Grand Prix 2017, vous propose une série de sa composition à mettre en couleur.

×

N'hésitez pas à nous envoyer vos créations, vos mise en couleurs sur nos réseaux sociaux avec le hashtag #Cosey2018, nous partagerons vos propositions.

 

Découvrir l'exposition Cosey : Une quête de l'épure
Consulter le programme du FIBD2018